Actualité
Exclus
People France
Politique
Interviews
People UK
People US
Tous les thèmes
Cannes 2022
Roland-Garros
Cinéma
Johnny Depp
Blake Lively
Tom Cruise
Leïla Bekhti
Carole Bouquet
Gérard Depardieu
Sophie Marceau
Pierre Niney
Juliette Binoche
Emmanuelle Béart
Séries
Demain nous appartient
Ici tout commence
Plus Belle la Vie
Un si grand soleil
TV
Télé Réalité
Familles nombreuses
Koh-Lanta
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Mariés au premier regard
Pékin Express
Top Chef
Les Anges
Les Marseillais
Miss France
TPMP
Musique
The Voice
Eurovision
Céline Dion
Amel Bent
Louane Emera
Vitaa
Slimane
Jenifer
Britney Spears
Lady Gaga
Florent Pagny
Star Academy
Mode
Fashion Week
Défilés
Mannequins
Royauté

Patrick Balkany reste en prison : sa demande de mise en liberté rejetée

Patrick Balkany reste en prison : sa demande de mise en liberté rejetée
Par Rachel Henry Rédactrice
Née à Londres, non loin de Kensington, elle démêle le vrai du faux sur la famille royale britannique, mais pas seulement. La reine Maxima des Pays-Bas, la reine Letizia d'Espagne et la princesse Victoria de Suède sont aussi ses copines. Quand les têtes couronnées ne sont pas de sortie, Rachel patiente en décryptant volontiers les tapis rouges, les premiers rangs des défilés.
Patrick et Isabelle Balkany - Arrivées des époux Balkany au tribunal de Paris pour entendre la sentence concernant leur procès pour fraude fiscale le 13 septembre 2019.
37 photos
Lancer le diaporama
Patrick et Isabelle Balkany - Arrivées des époux Balkany au tribunal de Paris pour entendre la sentence concernant leur procès pour fraude fiscale le 13 septembre 2019.
Le maire de Levallois-Perret va donc "rester au trou", selon ses propres termes. Mercredi, la cour d'appel de Paris a rejeté sa demande de mise en liberté, "recevable" mais "non fondée". Pour rappel, Patrick Balkany a été condamné à cinq ans de prison pour blanchiment aggravé avec un nouveau mandat de dépôt le 18 octobre.

Patrick Balkany reste en prison. Comme l'a rapporté l'AFP le 13 novembre 2019, la cour d'appel de Paris a rejeté la deuxième demande de mise en liberté du maire LR de Levallois-Perret, qui était toujours incarcéré. Il n'avait de toute façon pas pu réunir le montant de la caution fixée après l'acceptation de sa première demande de libération. L'élu de 71 ans, qui a refusé d'être extrait de sa cellule de la maison d'arrêt de la Santé, n'était pas présent au moment du délibéré.

"Le maintien en détention de Patrick Balkany est ordonné", a indiqué le président mercredi, sans expliquer les motivations de la cour. Il a jugé la demande du maire "recevable" sur la forme, mais "non fondée". "Nous ne comprenons pas cette décision de maintien en détention. Nous allons immédiatement déposer une nouvelle demande de mise en liberté pour Patrick Balkany", a déclaré à l'AFP Éric Dupond-Moretti.

L'époux d'Isabelle Balkany est incarcéré à la maison d'arrêt parisienne de la Santé depuis deux mois, après sa première condamnation pour fraude fiscale le 13 septembre. La cour d'appel avait fait droit à sa première demande de mise en liberté, consécutive à sa condamnation à quatre ans de prison pour fraude fiscale avec incarcération immédiate et dix ans d'inéligibilité. Elle avait toutefois assorti sa libération d'un contrôle judiciaire sévère et du paiement préalable d'une caution de 500 000 euros.

Aucune intention de fuir

À l'audience concernant sa deuxième demande de mise en liberté, Patrick Balkany avait expliqué qu'il craignait d'être "obligé de rester au trou" jusqu'à son premier procès en appel (fixé au 11 décembre), ne parvenant pas à réunir la caution exigée. Mais même s'il était parvenu à rassembler cette somme, il ne serait pas sorti de sa cellule de la Santé, du fait du rejet de sa deuxième demande. Il peut, s'il le souhaite, déposer une nouvelle demande de mise en liberté, visant sa seconde condamnation à cinq ans de prison pour blanchiment aggravé avec un nouveau mandat de dépôt le 18 octobre.

À l'audience du 5 novembre, Patrick Balkany était apparu amaigri, fatigué, pour affirmer depuis le box des prévenus qu'il se tenait "bien entendu à la disposition de la justice pour le procès en appel", n'avait "plus un rond" et "aucune intention de fuir". Outre le paiement d'une lourde caution, la cour, en faisant droit à sa première demande de libération, avait ordonné son placement sous contrôle judiciaire, avec plusieurs obligations : ne pas sortir du territoire, ne pas se rendre à Paris et plusieurs départements alentour – dont son département, les Hauts-de-Seine –, mais aussi fixer sa résidence à Giverny (Eure), pointer une fois par semaine à la gendarmerie, remettre son passeport (depuis retrouvé périmé dans le dossier).

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
En vidéos
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image