Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

35e cérémonie des César : Isabelle Adjani, Mélanie Thierry, Tahar Rahim... Admirez les magnifiques gagnants !

Isabelle Adjani lors de la 35e cérémonie des César le 27 février 2010
32 photos
Lancer le diaporama
Isabelle Adjani lors de la 35e cérémonie des César le 27 février 2010
La 35e Cérémonie des César a fait le 27 février le triomphe d'Un prophète, le film de Jacques Audiard qui a récolté neuf statuettes. Ce couronnement a mis dans l'ombre les autres films forts de l'année 2009, comme Welcome qui repart bredouille ou Le Concert, beau succès en salles qui ne conquiert que deux César (Son et Musique).

Marion Cotillard, présidente de la cérémonie, vêtue de sa robe Dior, a remis le prix du meilleur film à Un Prophète. Son long métrage, violente mais sublime plongée dans le monde carcéral, a conquis l'Académie. Il a aussi reçu le prix du meilleur réalisateur, remis par Vanessa Paradis. Cette dernière s'est faite gentiment taquiner par les maîtres de cérémonie. En effet, ils lui ont malicieusementrappelé sa "bourde" lors des César en 1991, lorsqu'elle avait confondu le nom de la gagnante ! Un prophète a également reçu les prix des meilleurs scénario original, décor, photo, montage. Son père, le grand Michel Audiard, aurait été encore une fois fier de lui, après son succès avec De Battre mon coeur s'est arrêté et ses huit César en 2006.

Tahar Rahim, héros du Prophète, a décroché deux César... pour un même rôle : meilleur espoir et meilleur acteur ! Deux prix, cela semble beaucoup (c'est une première !), mais sa prestation a indiscutablement marqué le septième art. N'ayant tourné que dans un docu-fiction (Tahar l'étudiant), dans la série La Commune et dans A l'intérieur (pour une apparition), le comédien de 28 ans était presque inconnu avant la présentation du film lors du festival de Cannes. Depuis, son nom est sur toutes les lèvres. Sa joie lors des César était manifeste, une émotion de jeune premier qui dit en plaisantant : "Vous avez des vu un Beur(re) fondre ? [...] Repartir avec deux César, j'y pensais même pas. J'étais déjà heureux avec une nomination."

Ses derniers mots, après d'incontournables remerciements, notamment à Audiard et Arestrup, mais aussi au scénariste Abdel Raouf Dafri, seront pour le septième art : "Vive le cinéma français." Outre le bonheur de gagner deux prix, il a reçu ses cadeaux des mains d'une Laura Smet "en pleine forme", a précisé Valérie Lemercier, puis d'une belle Mélanie Laurent arborant des bijoux de la collection Chanel. Cette dernière était l'une des rares invitées féminines à ne pas porter de robe mais un tregging, pour l'occasion.

Niels Arestrup, le chanceux, a reçu le César du meilleur second rôle masculin pour Un prophète des mains de la sublime Laetitia Casta, dont la robe vintage en mousseline Yves Saint Laurent a affolé toute la salle !

Autre grand moment de la soirée, la remise du prix de la meilleure actrice. Gérard Depardieu a rempli cette tâche à la perfection et a offert à Isabelle Adjani (avec qui il a joué dans Barocco, Camille Claudel, Bon Voyage et bientôt Mammuth) le César pour sa performance bouleversante La Journée de la jupe. Il s'agit là de son cinquième César, qu'elle a récupéré en larmes, très émue par ce nouvel honneur.

Emmanuelle Devos a reçu des mains d'André Dussollier, venu à la soirée avec sa fille Julia, le César de la meilleure actrice dans un second rôle pour A l'origine. Elle permet à ce film de décrocher une récompense, sur les 11 nominations qu'il avait, et profite de l'événement pour officialiser avec son amoureux, Jean-Pierre Lorit.

Mélanie Thierry a beau avoir crevé l'écran il y a plus de dix ans dans Quasimodo d'El Paris mais ce n'est que maintenant qu'elle reçoit un César du meilleur espoir, des mains de Richard Berry, pour Le Dernier pour la route. Toutefois, c'est avec beaucoup d'émotion qu'elle est venue récupérer ce prix, brillant avec ses bijoux de la maison Chanel. Avec sa robe brodée de perles et de sequins, d'inspiration Empire d'Yves Saint Laurent, la jeune Mélanie était parfaite. Elle est venue à cette soirée avec son compagnon Raphaël avec qui elle a pu échanger quelques baisers au cocktail précédant la soirée, indique Le Parisien. On la retrouvera prochainement dans Impardonnables avec André Dussollier et dans Ces amours-là de Claude Lelouch.

Avec l'élégance hérité de son père, Kyle Eastwood est venu récupérer le César du meilleur film étranger remis à Gran Torino de Clint Eastwood. Compositeur de musique des oeuvres de son père, Kyle est un artiste talentueux et séduisant de 41 ans, dont la mère est l'ancien mannequin Maggie Johnson.

Mélanie Doutey, somptueuse dans sa toilette rouge, a remis le César du meilleur premier film aux Beaux Gosses Riad Sattouf, au côté de Pascal Elbé. Le cinéaste Sattouf a commenté ainsi son prix, d'après Le Parisien : "Je ne me sens pas cinéaste, je me considère comme un imposteur. Mais après les succès critiques, le César, je vais pouvoir concocter une grosse imposture. Enfin, non juste un autre film marrant." Un beau cadeau qui met à l'honneur pour une fois, la comédie (Dany Boon va être content, lui qui voulait un César pour valoriser ce genre cinématographique).

La magnifique Sandrine Kiberlain a eu l'immense plaisir de donner le César de la meilleure adaptation à Stéphane Brizé (le réalisateur) et Florence Vignon pour Mademoiselle Chambon. Dans ce drame romantique, Sandrine, encore une fois impeccable, donne la réplique à son ex-compagnon, Vincent Lindon. Lors des César, Gad Elmaleh n'a pu s'empêcher d'enlacer tendrement la belle actrice, devant le regard faussement jaloux de Valérie Lemercier.

Enfin, Sigourney Weaver, venue avec son mari Jim Simpson, metteur en scène de théâtre, a remis le César d'honneur à Harrison Ford, avec qui elle avait joué dans Working Girl. Son discours, en grande partie en français, a séduit l'assemblée et touché Indiana Jones. Toutefois, quand il est monté sur scène accompagné des applaudissements de la salle en standing ovation, il est apparu légèrement embarrassé. Trop d'honneur ? Peut-être de la fatigue car il a eu quelques difficultés en raison des intempéries, à venir en France. Il a fini par prendre son avion privé et a attéri à Cergy ! Malheureusement, il n'était pas accompagné de sa compagne Calista Flockhart, coincée à Los Angeles. Qui sait, mais tous étaient ravis de célébrer le talent de ce grand Américain. Petite déception pour Sigourney qui n'a pas assisté à la remise du prix du meilleur film étranger à Avatar, dans lequel elle joue une épatante scientifique, puisque c'est donc Gran Torino qui a soufflé le prix. D'après Le Parisien, la comédienne aurait finalement dit "oui" au troisième épisode de SOS Fantômes, une excellente nouvelle !

Comme dans toutes grandes soirées, il y a eu des ratés. Michael Haneke, le cinéaste autrichien nommé pour le meilleur film étranger avec Le Ruban Blanc (palme d'or à Cannes), a failli ne pas pouvoir assister à la soirée, à cause d'une erreur de code-barre sur son invitation, raconte le Journal du dimanche.

A noter, l'absence d'Audrey Tautou aux César, nommée comme meilleure actrice pour Coco avant Chanel. Elle était en effet sur les planches du théâtre de la Madeleine à Paris où elle joue dans Une maison de poupée.

Les autres prix :

Meilleure musique, remis par une délirante Jeanne Balibar qui nous a laissé quelque peu perplexes avec sa chanson :
Armand Amar pour LE CONCERT

Meilleur son, remis par Firmine Richard et Vincent Elbaz : LE CONCERT

Meilleurs costumes, remis par Elie Semoun arborant un costume particulièrement flashy : COCO AVANT CHANEL.

Meilleur film documentaire, remis par Laurent Lafitte et Emma de Caunes, ravissante avec sa robe courte et son bijou de cheveux :
L'ENFER DE HENRI-GEORGES CLOUZOT de Serge Bromberg et Ruxandra Medrea

Meilleur court métrage remis par les charmants "Espoir" Marc-André Grondin (Le Premier Jour du reste de ta vie) et Hafsia Herzi (La Graine et le mulet) :
C'EST GRATUIT POUR LES FILLES de Claire Burger et Marie Anachoukeli

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
À ne pas rater
En vidéos

Clémence Castel évoque sa tumeur pour "Purepeople.com". Mars 2019.
Manon Marsault et Julien Tanti en interview pour "Purepeople" - 13 février 2019"
Jules Benchetrit dans Vivement Dimanche le 16 décembre 2018
Jordan de "La Villa 4" parle du décès de son grand-père - "Purepeople", décembre 2018
Carlos, candidat du "Sens de l'effort" (M6) le 19 février 2019.
Jean-Pascal Lacoste dans "Ca commence aujourd'hui", 15 avril 2019, France 2
Anne-Elisabeth Blateau et David Mora de "Scènes de ménages" en interview pour "Purepeople" - décembre 2018
David Ginola déçu de l'élimination de sa fille dans "Danse avec les stars 9", il se confie dans "Les Terriens du samedi" sur C8 le 3 novembre 2018.
Exclu - Ingrid Chauvin en interview chez Purepeople.com. Décembre 2018
Vanessa Lawrens, candidates des "Anges 11" (NRJ12), fait quelques confidences sur son aventure et son ex Ilan au micro de "Purepeople.com".
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel