Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

TRISTE BILAN : Ils nous ont quittés en 2010...

Bernard Giraudeau est décédé le 17 juillet 2010
47 photos
Lancer le diaporama
Bernard Giraudeau est décédé le 17 juillet 2010

L'année 2010 a vu s'éteindre de très grandes figures. Rendons hommage à ces grands hommes du cinéma, de la musique, de la télévision, des sports ou encore de la politique qui ont marqué le temps et dont on ne pourra jamais oublier le talent.

De très grands acteurs français

Acteur, réalisateur, producteur, scénariste et écrivain (son roman Cher Amour a reçu le prix Mac Orlan 2009), Bernard Giraudeau était un véritable artiste. Sa mort à 63 ans le 17 juillet d'un cancer qu'il combattait depuis des années, lui qui présidait encore l'an dernier la 23e nuit des Molières, endeuille profondément la France entière. Les Spécialistes, Les Caprices d'un fleuve, Ridicule, Gouttes d'eau sur pierres brûlantes... Autant d'oeuvres et performances qui ont marqué le cinéma français.

Grande figure des arts dramatiques, le comédien et metteur en scène, Laurent Terzieff était une forte personnalité. De Rossellini, Buñuel à Godard, tous ont été séduits par la grande beauté de l'acteur à la voix si singulière qui nous a quittés le 2 juillet 2010.

Colonel grec dans Z de Costa Gavras en 1969, curé espagnol dans la voie lactée de Luis Buñuel, inoubliable Colonel Vincent dans Papy fait de la résistance, l'acteur Julien Guiomar, merveilleux personnage sombre et aigri récitant du Michel Audiard dans l'incorrigible est malheureusement décédé cette année à l'age de 82 ans.

A la comédie française, c'est toute une tradition d'acteurs symboles du renouveau théâtral de l'après-guerre qui nous ont quittés cette année, comme la compagne de Jean Desailly, l'actriceSimone Valère, morte à 89 ans. La comédienne n'aura pas attendu longtemps pour rejoindre l'homme de sa vie, décédé il y a deux ans à peine. Colette Renard, interprète mythique d'Irma la douce, était aussi l'une des images fortes de cette France d'après-guerre. Son départ à 85 ans endeuille les acteurs de la série Plus belle la vie dont elle était la doyenne.

Inoubliable dans la pièce Art de Yasmina Reza, l'illustre Pierre Vaneck, était aussi connu pour son rôle dans la série Fabien Cosma. Il meurt à 78 ans quelques jours avant un autre grand acteur et metteur en scène, Georges Wilson, père de l'acteur Lambert Wilson.

Bruno Cremer, célèbre commissaire Maigret, était, lui aussi, avant tout un homme de théâtre dont ses amis du conservatoire, Jean-Paul Belmondo, Jean Rochefort, Claude Rich ou encore Jean-Pierre Marielle pleurent sa mort le 7 août dernier à 80 ans.

 

Une certaine idée du cinéma

Le visage de la France, sans deux de ses plus grands réalisateurs, les géants de la nouvelle vague, Éric Rohmer et Claude Chabrol, ne sera plus jamais le même. Ces deux cinéastes qui avaient fait leurs débuts aux cahiers du cinéma ont véritablement réécrit un langage cinématographique, entre profondeur et légèreté. L'univers si singulier du littéraire et historien Eric Rohmer mettait à mort la morale désuète du cinéma de papa en portant sur l'écran noir ses propres obsessions : l'amour et le hasard, le destin ou la tentation de l'infidélité. Un cinéma très théâtral qui transposait au XXe siècle tout l'immoralisme du 18e siècle (Le genou de Claire, 1970). Il décède le 11 janvier à lâge de 89 ans.

Hasard ou coïncidence, la mort de son collègue et ami Claude Chabrol arrive quelques mois plus tard. Claude Chabrol explorait les vicissitudes de la bourgeoisie française dont il exécutait, avec un humour noir et une violence sourde, tous les portraits. D'admirables polars, toujours aussi haletants et dérangeants de bout en bout : Que la bête meurt avec Jean Yanne notamment, La Cérémonie porté par Sandrine Bonnaire, Isabelle Huppert et Jean-Pierre Cassel ou plus récemment Bellamy avec Gérard Depardieu et Clovis Cornillac resteront à jamais de très grandes oeuvres du cinéma français. Ses obsèques sont un véritable hommage à cet "homme bon" auquel le réalisateur Costa Gavras adressa un très beau discours.

Autre réalisateur, autre talent disparu, le cinéaste Alain Corneau (Tous les matins du monde), pour qui le monde était "une sorte de chaos merveilleux", s'éteignait à 67 ans, douze jours après la sortie de son film Crime d'amour.

 

La mort du Nouvel Hollywood

Cette année, de très grandes personnalités du cinéma américain nous ont quittés, notamment le réalisateur mythique de l'Empire contre attaque Irvin Kershner, mort à l'âge de 87 ans.

Autre personnage culte, Arthur Penn, le réalisateur de Bonnie and Clyde, décédé en mai dernier. Véritable annonciateur du Nouvel Hollywood aux côtés des audacieux Coppola, Scorsese, ou encore Mike Nichols, Arthur Penn a abattu les tabous de l'Amérique puritaine liés à la violence ou à la sexualité en imposant un nouveau regard, extrêmement subversif et contemporain.

Comme le faisait d'ailleurs le grand Dennis Hopper, réalisateur d' Easy Rider et acteur pour Wim Wenders ou David Lynch, qui nous a tristement quittés le 29 mai dernier.

"Elle était belle. Elle était intelligente. Elle aimait Mozart, Bach, les Beatles. Et moi." C'est ainsi que commençait Love Story, inoubliable best-seller de l'auteur américain Erich Segal. Sa mort le 17 janvier dernier touche toute l'Amérique des années 70, dont l'image du couple culte Ali MacGraw et Ryan O'Neal, s'aimant d'un amour éperdu sur la musique magistrale du compositeur Francis Lai, était un des plus grands symboles.

 

Ils nous ont fait rire... et pleurer !

Le réalisateur et scénariste américain Blake Edwards, immortalisé par les mythiques La panthère rose ou Diamants sur canapé est décédé à l'âge de 88 ans. On se souvient de ses comédies désopilantes dans lesquelles il mettait en scène la belle Audrey Hepburn, Peter Sellers ou encore le grand Tony Curtis, acteur incontournable des comédies américaines lors des années 60 et 70.

La mort de ce dernier à l'âge de 85 ans a peiné ses plus grands admirateurs. Travesti inoubliable dans Certains l'aiment chaud aux côtés de Marilyn Monroe, hilarant avec Roger Moore dans Amicalement vôtre, le père de l'actrice Jamie Lee Curtis a récemment été honoré à Berlin pour l'ensemble de sa carrière avec une Caméra d'or.

Le 28 novembre, c'est un autre grand comique qui nous a tristement quittés, l'acteur déjanté Leslie Nielsen qui incarnait la série Y a-t-il un... ? du trio Zucker-Abraham-Zucker.

Connue pour son rôle de Rose dans Titanic qui lui a valu une nomination aux Oscars, l'actrice centenaire Gloria Stuart nous a quittés le 26 septembre dernier.

 

Des stars du petit écran

L'année 2010 scelle la fin de toute une génération culte du petit écran dont l'acteur incontournable de Mission Impossible, Peter Graves, était un des représentants majeurs.

Tout comme l'acteur Tom Bosley, pilier de la série Happy Days dont il interprétait le personnage d'Howard Cunningham. Son étoile sur Hollywood Boulevard consacre l'immense talent de celui qui a rejoint les étoiles le 19 octobre 2010.

C'est hélas avec moins de prestige que l'acteur d'Arnold et Willy, Gary Coleman, décède à 42 ans d'une hémorragie cérébrale. En effet, son image avait été tristement entachée par des revers financiers et des relations conjugales tumultueuses.

 

Du néo réalisme italien au nouveau cinéma allemand

Le cinéma italien a été une immense source d'inspiration. En effet, ce sont des hommes comme le fameux producteur Dino de Laurentiis, pionnier des films néo réalistes, qui ont véritablement imposé le cinéma italien sur la scène internationale après la seconde guerre mondiale. Sa mort à 91 ans fera certainement l'objet d'une rétrospective de tout son cinéma, de Frederico Fellini à Luchino Visconti, en passant par David Lynch ou Sydney Pollack.

C'est un autre grand maître italien qui nous a quittés à 95 ans, le réalisateur Mario Monicelli dont les acteurs Vittorio Gassman, Marcello Mastroianni ou Claudia Cardinale étaient les acteurs fétiches de ses très belles comédies.

Enfin le cinéma européen pleure aussi cette année la mort de l'un de ses grand compatriotes allemand, Werner Schroeter, cinéaste et metteur en scène de théâtre et d'opéra allemand, figure majeure du Nouveau cinéma allemand des années 1960-1970. "Son oeuvre dénuée de compromis et rigoureusement innovante depuis 40 ans " est récompensée d'un Lion spécial à la 65e édition de la Mostra de Venise, alors présidée par Wim Wenders.


De l'art à la littérature, le monde a perdu ses lettres de noblesse

La chanson française a perdu l'un de ses plus grands auteurs cette année, le chanteur et poète Jean Ferrat qui s'en va dignement à 79 ans sur La Montagne.

J.D Salinger, l'auteur américain de l'oeuvre culte L'Attrape-coeurs s'est éteint en 2010.

Sa mort précède d'ailleurs celle de son éditeur français, Robert Laffont, père de l'animateur Patrice Laffont et grand-père de la comédienneAxelle Laffont. Ses obsèques à l'église Saint-Sulpice ont ému la France entière.

C'est en laissant derrière lui une oeuvre admirable, qui comprend notamment les essais de George Orwell, que nous quitte l'éditeur Jaime Semprun, à 63 ans.

Une femme de culture et de combat, Kristina Rady, s'est tristement donné la mort cen début d'année, à seulement 41 ans. L'épouse de Bertrand Cantat, qui s'était battue à ses côtés lors de son procès pour la mort de Marie Trintignant était aussi une intellectuelle, une traductrice, metteur en scène et productrice exigeante et respectée.

L'art a perdu l'une de ses plus grandes figures, Louise Bourgeois, à 98 ans. De la Tate modern de Londres, à Beaubourg ou encore au musée Guggenheim de Bilbao derrière lequel sa sculpture culte de l'Araignée géante, baptisée maman, est installée, le monde entier célèbre celle qui a immigré à New-York en 1938 et qui s'est fait connaître dans les années 70 par des sculptures minimalistes ou monumentales aux thèmes souvent provocateurs (la procréation, la maternité, le sexe).

 

Des symboles du monde politique

L'année 2010 a été marquée par un terrible drame : la mort tragique du président polonais Lech Kaczynski et de son épouse dans un accident d'avion provoque une immense secousse dans le monde entier.

En France, c'est une certaine idée de la politique qui s'éteint cette année, avec la mort de Philippe Séguin, premier président de la Cour des comptes.

Autre figure politique qui se faisait souvent remarquer par ses déclarations,Georges Frêche nous a quittés cette année. Le président du conseil régional de Languedoc-Roussillon était connu pour ses fameux dérapages verbaux que ne manquait pas de souligner le journaliste et éditorialiste politique de LCI, Pierre-Luc Séguillon, mort également cette année à l'âge de 70 ans.

 

Des célébrités de la télévision

La télévision lui avait offert son heure de gloire, la mort de Cathy Sarraï, allias Super Nanny sur M6, bouleverse la France entière. Derrière son air sévère, se cachait une personne très douce et heureuse de vivre, qui laisse trois enfants dans le désarroi.

Il était lui aussi un justicier des nobles causes, la mort du plus célèbre avocat de France, fidèle acolyte de Julien Courbet, Didier Bergès, a provoqué un vif émoi.

 

Le monde de la mode effondré

C'est un terrible cataclysme qui s'abat sur le monde de la mode, le créateur britannique Alexander McQueen s'est pendu le 11 février à l'âge de 40 ans. Kate Moss, Naomi Campbell, Stella McCartney et toute l'Angleterre pleurent le suicide d'un "enfant terrible" à la folle extravagance.

Quelques mois plus tard,la mort du top model français Tom Nicon bouleverse de nouveau les grands de la mode et endeuille la Fashion Week. A seulement 22 ans, l'égérie Burberry, décide tragiquement de mettre fin à sa vie. Le top Charles DeVoe décèdera lui aussi tragiquement à 28 ans d'un accident de surf.

 

Du mouvement punk à la musique black : la mort de chanteurs cultes

C'est donc une année dramatique pour Vivienne Westwood, qui perd aussi son ex-compagnon, le chanteur Malcolm McLaren. Ex-manager mythique des Sex-Pistols, idole de toute une génération, Malcom McLaren a véritablement été à l'origine du mouvement punk. Ses tubes très provocateurs déchaînent l'Angleterre des années 70 (Anarchy in the UK, God Save the Queen) et révolutionnent le monde de la musique. Comme l'ont d'ailleurs fait de grands noms de la musique black qui nous ont quittés cette année.

De grands jazzmen américains, comme le batteur Steve Reid. Nommé "Percussionist of the Year" par JAZZIZ en 1993 et 1995, batteur de session pour Motown, Steve Reid a joué aux côtés des plus grands. Sa mort précède celle du saxophoniste James Moody, figure majeure du bebop aux côtés d'artistes comme Charlie Parker, sa réputation explose avec son titre Moody's Mood for Love.

C'est à Londres que la légende du reggae Jamaïcain, Gregory Isaacs, surnommé le "cool ruler", s'est éteint à l'âge de 59 ans. Il était l'une "des plus grandes icônes du hip hop", la mort du rappeur Guru, fondateur du groupe Gang Star effondre MC Solaar, son ami et producteur.

Surnommé PSE, l'ancien leader du groupe de zouk Kassav, Patrick Saint Eloi est lui aussi décédé.

On se souvient du chanteur aux allures de crooner qui nous faisait danser sur des rythmes suaves. "Mes amis ne pleurez pas, le combat continue sans moi. Tant que quelqu'un écoutera ma voix, je serai vivant dans votre monde à la con", chantait le musicien Mano Solo sur l'album Je sais pas trop (1997). Séropositif depuis les années 1990, la disparition de cet écorché vif à la voix déchirante touche le peuple français.

On les croyait pourtant invulnérables

On les croyait invincibles tant ils arrivaient à se surpasser et à repousser leur propres limites, la mort de très grands sportifs attriste profondément le monde entier, notamment celle du surfeur américain Andy Irons, foudroyé en pleine jeunesse par le virus de la dengue. A 32 ans à peine, il était triple Champion du monde.

C'est la France entière qui pleure la disparition du cycliste Laurent Fignon. Ses obsèques ont réuni de nombreuses personnalités du cyclisme et du petit écran comme Michel Drucker ou Gérard Holtz.

La fin de très grands empires

Enfin, plus que des personnalités, ce sont d'immenses empires qui s'effondrent avec la mort de leurs fondateurs, notamment celle du groupe Swatch, Nicolas Hayek, le 28 juin dernier. L'annonce du décès de Bob Guccione à 79 ans, fondateur du magazine culte Penthouse sonne la fin du porno-chic. Celui qui rêvait de surpasser Playboy en créant un magazine érotique, témoin des nus précoces de Madonna ou Vanessa Williams, a tristement fini sur le déclin.

EPH

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
À ne pas rater
En vidéos

Lara Fabian raconte son premier baiser avec son mari Gabriel Di Giorgio dans "Salut les terriens" rediffusé le 20 avril 2019.
Jean-François Piège ému en entendant son épouse Elodie parler de lui. Emission "Clique" sur Canal+/ Avril 2019.
"50 mn Inside", l'émission du 20 avril 2019 sur TF1.
Stéphane Bern évoque une phobie développée durant son enfance, le 17 avril 2019 sur France 2 devant Michel Cymes.
Leona Winter et Gjon's Tears (The Voice 8) répondent à l'interview "Je me voyais déjà" de Purepeople.com.
Power of love d'Antoine, candidat de "10 Couples parfaits 3" - mars 2019
Eric Antoine en interview pour "Purepeople" - 1er avril 2019
Chimène Badi émue aux larmes en voyant son papa sur le plateau de Touche pas à mon poste, le 18 avril 2019
Antoine de "10 Couples parfaits 3" en interview pour "Purepeople", mars 2019
Michel Leeb évoque le cancer de sa fille Fanny sur France 2, le 17 avril 2019
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel